Parlons-en le 12 nov. 10h45 : le scandale du mal

Pour le premier “Parlons-en” de l’année 2023-2024, le sujet est le scandale du mal.

Cette rencontre se passe dans les salles du Sacré-Coeur à Eaubonne, de 10h 45 à 12h. Ceux qui le veulent peuvent participer à la messe qui précède de 9h 30 à 10 h 30 à l’église elle-même. Trois dates ont été retenues pour ces rencontres : 12 novembre, ; 4 février ; 17 mars.

Pour plus d’informations sur les soirées ponctuelles, les rencontres “Parlons-en”, écrire à gnd95.formation@gmail.com

**********

Pour inviter à la rencontre du 12 novembre, voici l’édito de Louis-Marie CHAUVET paru dans la newsletter du groupement paroissial du 30 septembre (pour s’inscrire à cette newsletter aller sur le site https://www.groupementnotredame95.com/) :

Tremblement de terre…, tremblement de foi

    Que de drames connaît notre petite planète Terre ! Ukraine, Soudan, Haut Karabach, etc. etc… Mais aussi, liés au changement climatique : températures bien au-delà des « normales saisonnières » (comme disent les météorologues), inondations, tremblements de terre, tsunamis, etc… Et je n’oublie pas, évidemment, les graves accidents de santé qui vous tombent dessus un beau jour sans prévenir… Face à tout cela, comment notre foi en Dieu ne serait-elle pas ébranlée ? Comment traverser l’épreuve du mal ?

    Avec le philosophe Paul Ricoeur, je crois qu’il nous faut faire trois pas.

Premier pas : faire le deuil de notre désir de comprendre. Accepter donc de ne pas trouver de raison – surtout pas de raison du genre : « c’est une punition de Dieu ». Car pourquoi donc les dizaines de milliers de morts des tremblements de terre de Syrie, du Maroc, de Lybie auraient-ils été les victimes d’une punition divine ?

    Second pas : accepter de laisser se répandre la plainte contre Dieu, ainsi qu’on le fait si souvent dans les psaumes, à commencer par celui (psaume 21) que les évangélistes ont mis dans la bouche de Jésus mourant : «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?”. Car cette plainte de protestation «contre» Dieu (« pourquoi ? ») est aussi dialogue priant «avec» Dieu («mon Dieu, mon Dieu»)

    Troisième pas : croire en Dieu en dépit du mal. Car Dieu est source de tout ce qui est bon, y compris donc de l’indignation contre le mal et du courage de lutter contre lui en s’engageant solidairement en faveur des victimes. On répond alors AU mal en répondant DU mal.

    Dieu nous vienne en aide !

P. Louis-Marie Chauvet 

This entry was posted in PROPOSITIONS and tagged . Bookmark the permalink.